La Giralda

Séville fut la capitale administrative d’Al-Andalus dès les premiers jours de la conquête almohade et le resta, sauf pendant une courte période entre 1162 et 1163, lorsque Abd al-Mu’min ordonna que Cordoue redevienne le siège du gouvernement. C’est Abu Ya’qub Yusuf qui a ordonné le rétablissement de la capitale à Séville. C’est à partir de ce moment que de nombreux travaux de construction et de reconstruction ont été réalisés dans la ville. La grande mosquée de Séville avec son magnifique minaret a été construite.

La tour de la cathédrale occupe l’un des points les plus élevés de la ville, son profil élancé étant visible de pratiquement tous les points de Séville, recouvrant à peine la chaîne de montagnes qui entoure Séville, appelée les collines de Santa Brígida, et la construction de la Torre Pelli.

la giralda de sevilla

Histoire de la Giralda de Séville

Le premier corps de la tour de la cathédrale, a commencé à être construit en l’an 1000 de l’ère chrétienne comme minaret de la grande mosquée, et en même temps comme observatoire astronomique, l’un des premiers construits par les Arabes après celui érigé à Bagdad, dans le même palais du calife. L’œuvre est due au maître d’œuvre Gever, Zuever ou Hever, inventeur de l’algèbre. Les Grecs, les Indiens et les Arabes étaient alors remarquables pour leur connaissance de cette science. Les Arabes ont attribué cette source de connaissances au célèbre mathématicien Mohamed Ben-Mura, qui a vécu jusqu’au milieu du IXe siècle. Les similitudes physiques avec le minaret du Maroc sont également structurelles, car le maître d’œuvre a érigé les deux tours de guet. Quant à celle de Séville, dans son origine primitive et jusqu’en 1396, elle n’avait que le premier corps et au-dessus d’elle un minaret élancé de 14 mètres de haut, terminé par une flèche de tuiles colorées qui reflétaient des lumières très vives et quatre grandes sphères dorées superposées de haut en bas. Ses fondations sont profondes de 15 mètres, et celles-ci ont été placées avec des bases en pierre qui se sont bien installées dans le sol argileux qui baigne la ville de Séville. Parmi ces pierres utilisées, on a retrouvé des morceaux du cirque romain disparu, dont l’entrée et la façade principale existaient à cet endroit. Avec un peu de chance, nous pouvons trouver deux pierres tombales à l’angle de la tour qui fait face au Palais épiscopal, qui par hasard ont été épargnées d’être cachées.

historia de la giralda

Un fort ouragan, accompagné par la secousse de la terre, a déclenché l’effondrement de son axe, appelé yamur, le 24 août 1396.

Après l’incident, la tour est restée dans ses fondations mais au sommet, il y avait une longue jetée dorée qui a servi de girouette jusqu’au XVIe siècle avec un clocher en bois. En 1400, le premier clocher fut remplacé par un beffroi ancré à quatre piliers et portant une cloche, et la première horloge publique de Séville fut installée. En 1504, un nouveau tremblement de terre, dont l’épicentre se trouve à Carmona, a rendu la tour à nouveau observable, ce qui, selon la légende, a miraculeusement sauvé les belles saintes de la ville, Justa et Rufina. Fernando Ruiz, un architecte chrétien, était alors chargé des travaux, il a exécuté les corps supérieurs de la tour sans diminuer le ton harmonique du minaret. Il profite de la place intérieure et solidifie les grandes arcades placées sur le toit de la tour de guet, élève quatre corps au-dessus du primitif qui subsiste encore, terminant son intervention en l’an 1568. Au XVIe siècle, le corps chrétien actuel a été ajouté, le clocher qui surmonte la tour. Hernán Ruiz II était chargé de la construction et a présenté sa maquette à la mairie. A la suite de ce corps se trouve celui des Lys par les quatre jarres de bronze qui en décorent les angles. En plus de cela, un autre corps de style Renaissance, formé par le corps des canons, des étoiles, de la coupole et du dôme, jusqu’au sommet de la Foi.

Dans les archives de la cathédrale, les paiements hebdomadaires versés aux professeurs qui faisaient partie de la décoration de la Giralda sont parfaitement enregistrés. Bien que nous n’ayons aucune trace de cela, le sculpteur Juan Bautista Vázquez a dû être en charge pendant ces années. Le programme de décoration a commencé en novembre 1566 et s’est terminé le 13 août 1568. Il y a 52 reliefs et la sculpture de la foi en forme de girouette, tout un programme idéologique réalisé par le chanoine Francisco Pacheco. La rénovation de la tour avait été effectuée dans le cadre de la Contre-Réforme, par conséquent, toute la décoration répond au triomphe de la foi catholique.

 
 
Visite guidée Cathédrale de Séville 27€ Réserver

Sous le corps des cloches, il y a une série de têtes de lion qui font office de gargouilles, celles qui nettoient l’eau de la pluie. L’allusion au lion a également une signification biblique, en l’occurrence la première lettre de Pierre qui dit « sois sobre et sur tes gardes, ton ennemi le diable, comme un lion rugissant qui tourne en rond et cherche quelqu’un à dévorer, lui résistant fermement dans la foi ». Dans le corps des cloches, nous voyons l’alternance des arcs et des linteaux, mais au-dessus de ces derniers apparaissent des oculi à tête de chérubin, basés sur le Psaume 80:2 qui dit « vous qui êtes assis sur des chérubins lumineux ». Sur le corps du puits, nous trouvons l’inscription latine de la façade orientale et sur les quatre faces de la tour: « Turris fortissima nomen domini, proverbe 18 », qui dit : « La tour très forte est au nom du Seigneur sur lequel les justes s’appuieront. Dans ce corps, on voit aussi des têtes masculines qui personnifient les vents. L’Apocalypse parle de quatre anges aux quatre coins de la terre. Ils ont retenu le vent avec leur souffle. Dans le corps de l’étoile, nous trouvons le passage d’une plante carrée à une plante cylindrique à 8 linteaux, sur laquelle apparaissent des visages fantastiques parmi d’autres de grande beauté, qui semblent représenter le mal sous la sculpture de bronze de la foi, connue sous le nom de Giraldillo. La sculpture de la foi, en accord avec cette allusion au mal, apparaît dans Apocalypse 12, parlant d’une femme apparaissant du firmament de combat avec un dragon.

Le Giraldillo est le résultat d’une équipe de travail qui a eu la conception précédente de Luis de Vargas, et son exécution matérielle de Bartolomé Morel. La sculpture en bronze de la foi a été prise dans le vide de la sculpture réalisée par Vázquez el Viejo. La girouette est insérée dans une barre de fer de 17 mètres de long. C’est une femme, une version chrétienne des déesses gréco-romaines, avec des traits très similaires à ceux de l’Athéna Promacus d’après une gravure de Raimondi apportée par Luis de Vargas. Elle porte une longue tunique avec deux ouvertures latérales qui montrent une partie de ses cuisses. La tunique est décorée de pierres, simulant des pierres précieuses. Sur le pectoral, également d’influence gréco-romaine, il porte un chérubin. Et dans ses mains, il porte un parme à gauche et un abarus à droite qui n’est rien d’autre qu’un bouclier qui sert de choc avec le vent pour faire tourner la girouette. Le bras gauche a dû être refait, car il y a une inscription avec un texte qui dit: « Sgisoestea adrsoaño 1684 », ou ce qui est la même chose, « celui-ci a été fait en 1684 ». Le casque qu’il porte est frappant, car il portait à l’origine une chimère avec des plumes. En 1770, Pedro Miguel Guerrero a procédé à la restauration de la girouette. Il a fabriqué une nouvelle barre d’haltère beaucoup plus petite que l’originale. Lors de cette restauration, 1500 kg de rivets ont été enlevés, ce qui a causé de sérieux problèmes dans la structure. De plus, les pieds de la sculpture en bronze étaient mal placés car ils étaient insérés dans une tige de fer où l’image tournait, provoquant une grave érosion avec la pluie.

En 1884, un coup de foudre endommage considérablement la canne almohade. C’est ainsi qu’ont commencé les fouilles et les restaurations qui, outre la restauration de la splendeur de la tour, ont permis de comprendre en profondeur la conception de la tour almohade et la finition d’Hernán Ruiz II.

Curiosités sur la Giralda

Il y a beaucoup de curiosités que nous pouvons trouver autour de cette tour, bien que pour ne pas ennuyer notre lecteur, nous allons commenter celles qui nous intéressent le plus pour créer la vision complète d’un monument unique qui a réussi à rassembler la culture des différentes religions.

L’histoire du transfert de la sculpture de la foi, de la girouette, ou du Giraldillo de sa fonderie dans le quartier de Porvenir est curieuse. 18 Maures de la ville, le 26 juillet 1568, ont aidé à transporter la sculpture de la maison de l’artiste à la cathédrale.

curiosidades sobre la giralda

Le nom populaire de la girouette qui couronne la tour est « Giraldillo », mais le nom officiel de la statue est « Foi Triomphante« , bien qu’elle soit également connue par les diktats vulgaires comme « de la victoire », « Giraldillo » ou « la Santa Juana y el Muñeco ». Le mot Giralda vient de « girar », et selon la RAE il signifie, girouette de tour qui a une figure humaine ou animale. Le Giraldillo est resté car il tourne sur un axe poussé par les vents, de sorte que cette sculpture est passée au nom de la tour, dégénérée en Giralda.

L’intérieur de la tour a des rampes qui montent jusqu’au corps de fenêtres de son sommet, ce sont 35 rampes qui ont été pensées pour que la personne chargée d’appeler à la prière des fidèles puisse monter à cheval. Après l’escalade, il aurait pour tâche de faire sonner les cloches. À l’heure actuelle, ce corps compte 24 cloches et dispose d’un système automatique qui les fait sonner.

Sur le côté ouest de la tour, il est certifié ce qui était une réalité jusqu’au XIXe siècle. Ce que nous avons connu grâce aux gravures et aux peintures a sa réalité qui passe inaperçue sous nos yeux. Les vestiges ocres que l’on peut voir aujourd’hui sont les restes de quelques peintures murales et polychromes qui ont complètement disparu mais que l’on peut sentir les jours de pluie. Ils faisaient partie du programme iconographique conçu par Francisco Pacheco, comme l’explique la plaque sous le premier balcon du côté nord. Ces peintures sont visibles dans le tableau des Saints Justa et Rufina de Miguel de Esquivel (1621). Aujourd’hui, toutes ces fresques ont été complètement perdues, étant irrécupérables. Cependant, il reste les deux « machones » de chaque côté du premier balcon de la tour, aujourd’hui vide, mais où étaient représentés respectivement Saint Isidoro et Saint Leandro, et les Saints Justa et Rufina.