La Plaza de España de Seville

 

C’est l’un des espaces les plus emblématiques de tout Séville. En fait, vous serez très attirés par l’appel de ses hautes tours et son style architectural. Ci-dessous, nous vous apportons quelques détails pour que vous puissiez décider de vous promener sur ses célèbres tuiles portant les noms de toutes les provinces espagnoles.

informacion sobre la plaza españa de sevilla

Histoire

Avant de commencer l’explication proprement dite du complexe architectural, nous devons parler de l’enclave où il se trouve. Contrairement aux autres places, qui sont généralement des espaces ouverts où convergent plusieurs rues, la Plaza de España est située dans les jardins de Maria Luisa. C’est l’un des principaux poumons de la grande capitale andalouse et aussi son premier parc urbain. Cet énorme espace vert a été donné à la ville par María Luisa Fernanda, car il appartenait au terrain adjacent à sa résidence. L’Infante et son mari, le Duc de Montpensier, ont dû quitter la capitale en 1848 en raison des divergences politiques qu’ils avaient avec les monarques espagnols. Lorsqu’ils se sont installés à Séville, ils ont décidé de le faire dans le palais de San Telmo. Pour adapter l’espace à leur goût, ils ont engagé André Lecolant comme paysagiste pour leurs jardins, auxquels ils ont ajouté les domaines de La Isabel et de San Diego. Comme nous l’avons déjà dit, cette oasis verte est devenue propriété municipale en 1893. Cependant, ce n’est qu’en 1914 qu’il a été décidé de l’ouvrir en tant que parc urbain, sous le nom de son ancien propriétaire, aujourd’hui décédé. C’est également cette année-là que commence la construction de la Plaza España, première modification du design original de Lecolant. Bien que la construction du complexe ait pris beaucoup de temps, on craignait en fait qu’il ne soit pas terminé pour l’exposition ibéro-américaine. La Plaza España a été l’élément central de cet événement connu sous le nom d’expositions universelles. Au cours du XIXe siècle, il y a eu plusieurs exemples de ce type de foires qui avaient pour but de montrer les progrès technologiques et artistiques ainsi que les caractéristiques traditionnelles des différents pays. Elles étaient connues sous le nom d’expositions universelles précisément parce qu’elles comprenaient des pavillons représentatifs de chaque nation invitée. Dans le cas de l’exposition à Séville, l’idée était de présenter le jumelage de l’Espagne avec ses anciennes colonies et certains pays ayant des relations historiques comme le Portugal, le Brésil ou les États-Unis. En fait, à proximité du parc, il est encore possible de visiter certains des bâtiments créés à cet effet et qui servent aujourd’hui à d’autres fins. Par exemple, l’ancien drapeau colombien est maintenant le consulat de cette même nation. Le retard dans l’achèvement des travaux est dû aux modifications apportées par l’architecte responsable, Aníbal González. En 1925, seulement 4 ans après l’inauguration, et voyant la lenteur du processus, Primo de Rivera, chef d’État et dictateur de l’époque, décide d’imposer un commissaire royal, José Cruz Conde. Un an plus tard, Aníbal González démissionne et son dessin est achevé par Vicente Traver. Il faut dire que l’extérieur et les parties fondamentales sont déjà faits mais qu’il reste encore beaucoup de travail à faire dans les intérieurs et l’aménagement des espaces.

historia de la plaza españa

Description

La Plaza España, en tant qu’axe central de l’Exposition ibéro-américaine, devait représenter d’une part le pays hôte lui-même et d’autre part cette idée d’union. C’est pourquoi le dessin gagnant, d’Aníbal González, présente un carré semi-elliptique couronné par deux tours, dans le grand espace courbe qu’elles laissent derrière elles toute une série de bancs avec des scènes représentant chaque région espagnole. En d’autres termes, d’une part, la place donne une sensation d’accueil grâce à sa grande ouverture qui est compensée par les deux ailes qui l’enveloppent comme dans une étreinte, et d’autre part, à l’intérieur de celle-ci, nous pouvons faire un voyage à travers chaque région qui constitue le pays. Afin de souligner cette fonction symbolique de la place en tant qu’Espagne, on utilise tout un amalgame de styles architecturaux qui sont la clé de son développement historique. Ainsi, le design est très inspiré de la Renaissance, notamment dans les traités d’Andrea Palladio, mais peut aussi vous rappeler celui conçu par le Bernin à Saint-Pierre au Vatican. De plus, les plafonds à caissons soutenus par des colonnes de marbre et la décoration avec des médaillons de carreaux polychromes, très typiques de la tradition sévillane, répondent également à ce style. Cependant, les hautes tours ont une décoration beaucoup plus baroque et l’utilisation de briques apparentes rappelle les constructions mudéjares.

descripcion de plaza españa
Curiosités

Il est évident qu’un complexe ayant les caractéristiques de la Plaza España a connu de nombreuses vicissitudes et désaccords. Par exemple, il y a une répartition alphabétique des provinces sur les bancs, mais celle-ci est omise lorsque nous arrivons en Navarre, qui devient Pampelune. Le conflit découle du fait que l’imagerie représentant la mort de García IV était considérée comme trop violente et se heurtait à l’idée de donner une image pacifique de l’unité. La hauteur des tours posait également problème car elle rivalisait avec la Giralda, qui est la carte postale la plus représentative de la ville, ce qui lui a valu l’opposition de l’Académie des Beaux-Arts. En continuant avec les bancs, il y a actuellement 50 provinces en Espagne, mais ici on n’en trouve que 48, car Séville n’apparaît pas comme elle serait surreprésentée, comme c’est déjà le cas dans les quatre fresques de la place. Les îles Canaries, quant à elles, ont constitué une seule unité provinciale jusqu’en 1927. Ce qui est intéressant, c’est que même aujourd’hui, cet espace continue de fasciner beaucoup de gens et les cinéastes n’allaient pas être moins nombreux. La place a servi de décor à des films nationaux tels que Manuel y Clemente (1986) ou la série Ahí Abajo, mais aussi à de grands blockbusters. Ce fut le quartier général de l’armée britannique à Lawrence d’Arabie (1962), la toile de fond sur laquelle les troupes défilent dans Le Vent et le Lion (1975), où Anakin et Padme marchent dans Star Wars Episode II: Attaque des clones (2002) ou un manoir de dictateur dans Le Dictateur (2012). Attention, car dans les deux derniers cas, des modifications ont été apportées au décor avec des moyens numériques. En bref, on peut dire beaucoup plus de choses sur la Plaza España, comme le fait qu’Aníbal González l’observe depuis 2010 pour l’éternité.

curiosidades de la plaza españa