El Patio de los Leones

 

Le Palacio de los Leones (Palais des Lions) ou Palais du Ryad al Said, également connu dans les sources arabes comme le Palais du Jardin Heureux, occupe la position centrale de l’enceinte fortifiée de l’Alhambra. Il représente l’apogée de l’architecture nasride, qui coïncide avec le règne de Mohammed V (1362-1391).

La fontaine du lion, symbole de la puissance du sultan, est non seulement l’élément le plus représentatif de sa richesse décorative mais aussi du système hydraulique complexe et sophistiqué de l’enceinte du palais.

Histoire de la Cour des Lions

Les conclusions des travaux de recherche effectués sur le palais semblent préciser que le sultan Muhammad V a construit son palais sur des constructions antérieures, appartenant peut-être à un palais et à un jardin, datant de l’époque du cinquième sultan nasride, Ismaël Ier (1313-1325), dont la disposition a sans doute influencé l’orientation architecturale. Le palais a une conception très élaborée avec une cour rectangulaire, distribuée selon le modèle d’un jardin de croisière, équipée d’une grande fontaine centrale et de quatre canaux orthogonaux. Elle possède des portiques sur les quatre côtés et des pavillons en saillie sur les deux plus petits côtés. Son noyau principal se trouve du côté nord, appelé par le maire de Qubba ou la Sala de Dos Hermanas (salle des deux sœurs). Ses arcs et ses colonnades sont remarquables et entourent tout l’espace. Les rythmes décoratifs établis répondent à une combinaison subtile qui est complétée par le clair-obscur du plâtre créant une atmosphère chargée d’exotisme qui a été appréciée par de nombreux voyageurs et artistes au fil du temps.

La cour est arrivée aujourd’hui avec la configuration d’un transept et d’une fontaine centrale, comme celle-ci, peu de choses subsistent dans le monde du monde islamique médiéval. Proportionnellement parfait, il ajoute visuellement au patio une galerie de colonnes qui en a fait l’un des exemples les plus universels et les plus admirés.

La fontaine des lions occupe l’axe central du palais, autour duquel s’ouvrent les différentes salles. Il se compose de douze sculptures de lions fontaines, réparties de manière radiale, qui semblent « tenir » dans leur dos une grande coupe dodécagonale de 2,56 mètres de diamètre. La coupe, composée d’un bec central et d’un décor épigraphique, géométrique et végétal, repose sur une base cylindrique en pierre calcaire. La pièce centrale du bec est une réplique de l’original qui a été retiré en 1981 pour être étudié. Il contient huit trous répartis sur le périmètre qui correspondent aux huit plus grands drains situés en dessous. De cette façon, l’eau qui coule de la fontaine est recueillie dans les égouts, sans déborder de la coupe, établissant une douce harmonie avec l’eau qui s’écoule des tuyaux de la gueule du lion, produisant un doux murmure d’eau.

historia del patio de los leones

Les études d’une enquête historico-artistique de 2010-2011, ont montré que la configuration de ce palais n’avait pas de jardin, et que son pavement était très probablement en marbre blanc de Macael. À la fin du XVIe ou au début du XVIIe siècle, il a probablement été remplacé par un revêtement de sol en céramique émaillée colorée qui devait être conservé jusqu’en 1810, date à laquelle il a été enlevé pour planter un jardin pendant l’occupation française. Cela a produit de nombreuses filtrations par l’eau d’irrigation et a conduit à son élimination et à son remplacement par un revêtement en terre cuite jusqu’en 1913, date à laquelle a eu lieu l’intervention de Modesto Cendoya, qui a progressivement remplacé la surface en terre par du gravier provenant de pierres de rivière.

Les douze lions de la fontaine de marbre blanc de Macael nous emmènent à l’image métaphorique de la puissance de la ville palatine de l’Alhambra. Il représente le point culminant du processus évolutif complexe des idées d’ingénierie et d’esthétique, où la science et l’art coexistent parfaitement. Il met l’accent sur un processus méticuleux et détaillé qui se poursuit dans l’exécution des lions, uniques dans leur espèce mais dérivés de modèles du monde antique, principalement de la Mésopotamie et du monde hittite. Bien que les figures des lions semblent être les mêmes, en réalité elles sont différentes les unes des autres, et on les retrouve dos à la source dans une attitude symbolique intentionnelle. Dans une attitude d’alerte, les mâchoires serrées, la queue repliée et les oreilles relevées, ils s’éloignent de l’hiératisme.

Chaque bloc de marbre utilisé par les lions a été soigneusement choisi dans la carrière par le sculpteur, avec l’intention d’adapter les veines naturelles de la pierre aux formes arrondies de la musculature du lion et comme contraste avec le pelage de l’animal.

Le bassin de la fontaine est une seule grande pièce, pesant 2,10 tonnes sans eau et 3,30 tonnes pleines. A l’origine, il fallait le transporter de la carrière à la cour avec le vidage du conteneur, les coutures et les finitions de son ciselage sur place. Les versets épigraphiques qui entourent la coupe de la fontaine offrent un langage métaphorique. Il est fait allusion au sultan promoteur comme l’incarnation du pouvoir et à la lignée sacrée des Anses comme protecteurs, de sorte que le symbolisme de la fontaine comme image du pouvoir et des lions comme représentants des lignées qui la protègent et la soutiennent ne peut être exclu.

Sans aucun doute, les lions qui donnent leur nom au palais et à la cour, d’une valeur incalculable, sont le « joyau de la couronne » du monument nasride. Au fur et à mesure que ses études historiques et artistiques progressent, de plus en plus de détails se dégagent de sa physionomie.

Curiosités sur la Cour des Lions

Parmi les nombreuses transformations de la fontaine à différentes époques de l’histoire du palais, elles ont été adaptées à différents goûts esthétiques, comme l’ajout d’une deuxième coupe au XVIIe siècle, d’une qualité nettement moins artistique, qui est aujourd’hui déplacée dans le jardin des Adarves avec sa fontaine.

patio de los leones

Félix, Mélanie, Olivia, le roi Gudú, Calimero… sont quelques-uns des noms que chacun des lions de la fontaine reçoit à titre personnel. Le fait est que les restaurateurs leur ont donné des noms bien identifiés avec les différents gestes et la férocité de chacun des chats.

La coupe de la fontaine présente une décoration épigraphique frappante qui parle de la bénédiction de son promoteur Muhammad V lorsqu’il a construit le palais et de la façon dont il distribue les faveurs à ses sujets.

 

Horaires de visite de la Cour des Lions

L’Alhambra est l’un des endroits que vous devez visiter au moins une fois dans votre vie, mais la vérité est que son vaste périmètre et sa beauté indéfinie vous donneront envie de répéter votre visite. Le complexe de l’Alhambra a les mêmes heures d’accès que les palais, les jardins et le Generalife. Ses heures d’ouverture sont de 8h30 à 18h en hiver (du 15 octobre au 31 mars) et à 20h en été (du 1er avril au 14 octobre). Ouvert tous les jours, je pars le 25 décembre et le 1er janvier.

horarios patio de los leones
Prix de la visite de la Cour des Lions

Plusieurs options s’offrent à nous pour notre visite du Palais des Lions et de sa cour. Veuillez noter que les billets doivent être achetés avant notre visite, soit au guichet quelques jours avant, soit en ligne. Les visiteurs sont nombreux à fréquenter les installations, il est donc parfois difficile de les trouver disponibles des semaines et des mois à l’avance. Il existe également deux possibilités de visites, de jour et de nuit.
La visite d’une journée complète, y compris l’entrée aux palais nasrides, à l’Alcazaba, aux jardins et au Generalife, est de 14,85 euros pour les adultes, et les enfants de moins de 12 ans entrent gratuitement, bien qu’ils doivent acheter un billet pour y accéder. La visite d’une nuit aux palais nasrides est de 8,48 euros, tandis que la visite d’une nuit aux jardins et au Generalife est de 5,30 euros.