Musée Julio Romero

 

Le musée Julio Romero de Torres est situé dans le même bâtiment que le Musée des Beaux-Arts de Cordoue. Cette institution se consacre à la préservation et à la diffusion de l’œuvre de ce peintre cordouan. Grâce à son art, il est beaucoup plus facile de comprendre le folklore et la tradition de cette terre qui est fortement enracinée avec son travail.

Histoire du musée

Avant de parler du bâtiment, il est important de comprendre le personnage qui donne son nom au musée. Julio Romero a été en contact avec le monde de l’art depuis son enfance, puisque son père, Rafael Romero Barro, était également peintre. Il s’est efforcé de faire en sorte que le garçon ait des connaissances artistiques et, étant directeur de l’École provinciale des beaux-arts, il a décidé d’inscrire son fils dans cet établissement. Le fait qu’il ait reçu une formation artistique dès son plus jeune âge a facilité le développement de grandes compétences en matière de peinture. Tout au long de sa carrière de peintre, on peut observer une grande capacité technique dans le dessin et la composition, très équilibrée tant dans les proportions que dans la gamme chromatique.

 

Museo Julio Romero

Son travail tournera toujours autour de sa ville natale, Cordoue, et ses thèmes récurrents sont le chant, le flamenco et le monde de la tauromachie. S’il y a quelque chose qui caractérise ses peintures, c’est la centralité compositionnelle marquée par les femmes au teint sombre. L’érotisme qui imprègne ces peintures, et d’autres, a fait que les critiques le considèrent comme un artiste controversé et provocateur. En tant que peintre moderniste et membre de la Génération 98, il a été associé à de grands intellectuels de son temps tels que Valle-Inclán et Antonio Machado. Il est finalement mort en 1930 dans la maison familiale, non sans avoir terminé La chiquita piconera, l’un de ses tableaux les plus célèbres. Un an après sa mort, le musée municipal Julio Romero de Torres est créé. Cela s’est fait grâce à l’intervention de sa veuve et de ses enfants qui, au lieu de vendre les tableaux qu’ils ont conservés, en ont fait don à la ville. Curieusement, Julio Romero est né au même endroit où l’on peut voir son travail aujourd’hui. Ce bâtiment, même sans collection, est unique car il a été construit sous le nom d’Hôpital de la Charité par les Rois Catholiques, dont la mission était de soigner les malades et les défavorisés. Le bâtiment a continué à remplir cette fonction jusqu’en 1837. Il sera désormais le siège de différentes institutions, parmi lesquelles se distingue sa propriété en tant que Musée provincial des beaux-arts. L’ancien conservateur et directeur de ce musée, Rafael Romero Barros, avait une maison dans le bâtiment pour lui et sa famille. Ainsi Romero Torres naîtra et mourra entouré de culture.

historia del museo julio romero

Salles et organisation du musée

Le discours muséologique permet de parcourir la vie et l’œuvre du peintre à travers six salles. Au premier étage, nous trouvons des peintures qui correspondent à la jeunesse de l’auteur et à son environnement familial. Au deuxième étage sont distribués les tableaux liés à son stade de maturité, alors se distinguent les œuvres à thème religieux, flamand et cordouan. En outre, avec le temps, le musée a acquis plus d’œuvres que celles qui ont été données, mais aussi des objets et de la documentation liés à l’artiste. En général, la collection se distingue par ses couleurs froides, les ombres prononcées dans un style très intime de costumier et le caractère folklorique.

salas y organizacion del museo julio romero

Salle 1. Environnement familial

La première salle est destinée à mieux comprendre le peintre en exposant les œuvres de son père, des caricatures et des portraits de Julio Romero lui-même. En outre, une partie de la collection est consacrée à son activité d’illustrateur d’affiches. Ce sont les premières œuvres de l’auteur et celles qui lui ont permis de se consacrer et de se faire connaître. Parmi ces affiches, on trouve des dessins pour des campagnes publicitaires d’entreprises telles que Bodegas Cruz Conde, avec ses célèbres étiquettes d’anis La Cordobesa, ou l’Unión de Explosivos Ríotinto, avec les calendriers de 1924, 1925, 1929 et 1931. Il a également participé en tant que dessinateur des affiches de plusieurs foires de Cordoue et de la corrida patriotique de 1921 au profit des victimes de la catastrophe annuelle. Cette salle présente également des publications, des livres et des billets consacrés à Julio Romero.

sala 1 entorno familiar

Salle 2 – Première période

Le début de l’artiste est marqué par l’influence de l’œuvre de son père ainsi que des auteurs comme Solana, Arteta ou Ricardo Baroja. Il s’agit donc de toiles de style réaliste qui reflètent la vie de l’Andalousie rurale à travers ses paysages. Ce sont des œuvres à composante sociale très proches de la Génération 98, c’est-à-dire fortement concernées par la crise morale, politique et sociale que la guerre hispano-américaine ratée avait laissée en Espagne. On doit remarquer les tableaux ¡Mira qué bonita era ! (Regarde comme c’était belle !), qui dépeint une famille désolée par la mort d’une adolescente, et Horas de Angustia (Heures d’angoisse), à nouveau une scène de deuil cette fois entre une mère et son fils malade. À travers la peinture à l’huile, Romero de Torres dénonce les dures situations d’abandon social de la population par un style luministe. C’est-à-dire, typique de la fin de l’impressionnisme, de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, où l’attention est portée sur la lumière qui crée de sérieux contrastes. De plus, la pièce crée une atmosphère familiale grâce à des photographies de personnes et de lieux de la vie du peintre, comme son atelier à Madrid. On trouve aussi des meubles et autres objets qui l’ont accompagné dans les longues étapes de sa vie comme sa guitare, sa cape et son chapeau.

sala 2 primera epoca

Salle 3. La chapelle

Comme son nom l’indique, le monde mystique de l’auteur est développé dans cette salle. Il faut tenir compte du fait que les œuvres à thème religieux de Romero de Torres se distinguent des autres qui se trouvent dans cette même catégorie. Cela est dû au fait que le peintre cordouan, même lorsqu’il traite de thèmes bibliques, ne cesse de centrer son travail sur la figure féminine qui est également représentée de manière sensuelle. On peut voit ça à travers la femme samaritaine, qui traite de la rencontre de Jésus-Christ avec la femme samaritaine, bien que la figure centrale soit elle-même devant un Jésus qui apparaît en arrière-plan et obscurci. Cette façon particulière d’exposer son mysticisme explique pourquoi nous trouvons dans cette salle des tableaux comme Contrariedad, qui bien qu’ayant un thème moral, n’ont pas de motif religieux. A côté de cela, on peut voir Cabeza de Santa Ana, très influencée par l’œuvre de Juan Valdés et le baroque cordouan. C’est le mélange typique de l’œuvre de Romero de Torres qui comprend des symboles de religiosité et de paganisme.

sala 3 contrariedad
Salle 4 : L’origine du profond

Le quatrième espace du musée est consacré au chant et au flamenco, deux des grands hobbies du peintre auxquels il fait allusion dans son œuvre, soit symboliquement, soit avec des portraits de grands artistes de son temps. Comme nous l’avons déjà mentionné, Julio Romero possédait une guitare et quelques connaissances musicales. En fait, à l’âge de 20 ans, il a participé à un concours de Cante de las Minas à l’Union de Murcia, bien qu’il n’ait pas remporté de prix. À travers ses toiles, Romero de Torres tente de garder un hommage à l’un des traits les plus caractéristiques de la terre andalouse et qui a marqué la vie de l’artiste. L’un des tableaux les plus connus de cette salle est le Cante hondo, de sa dernière période artistique. C’est une composition dans laquelle tout tourne autour du flamenco et de la vie de l’auteur. Dans un état de maladie avancée, ces œuvres finales sont caractérisées par une horreur vide qui se distingue par le perfectionnisme du dessin et la superposition d’éléments dont beaucoup sont déjà récurrents dans ses peintures précédentes.

sala 4 el origen de lo hondo

Salle 5 – Ressemblances

L’une des facettes essentielles de l’œuvre de Romero de Torres est celle de portraitiste. Sur ses plus de mille toiles, plus de la moitié appartiennent à ce genre. Beaucoup d’entre elles sont en fait des études de visages ou même des esquisses de petit format qui seront ensuite passées sur une toile plus grande et avec d’autres motifs. Il a dépeint tous les statuts sociaux, des classes populaires aux personnalités importantes de son époque en tant qu’artistes et hommes politiques, bien qu’en vérité la plupart des commandes correspondaient à la bourgeoisie, et plus particulièrement aux dames de la haute société. Il a surtout démontré ses capacités picturales dans les tableaux où il n’a pas eu à faire d’effort pour conserver les caractéristiques physiques de la personne et a pu laisser libre cours à son imagination. Ces portraits constituent la Salle des ressemblences. Ce mot, utilisé pour la description physique ou morale d’une personne, est une excellente définition de l’œuvre du Cordouan.

sala 5 semblanzas

Salle 6. L’essence de Cordoue

Finalement, le dernier espace explore le lien intime entre Julio Romero et sa ville natale. On trouve ainsi des peintures qui représentent des espaces locaux tels que des places, des monuments et des rues, mais aussi des scènes beaucoup plus symboliques comme le bruit de l’eau ou les coutumes locales. En réalité, dans aucune des œuvres, Cordoue n’est le protagoniste, mais le cadre, qui donne aux tableaux un ton nostalgique. La palette de couleurs de ces compositions est la plus sombre de toute sa vie artistique. Ce style ténébriste est mélangé à une forte influence de la littérature de Valle-Inclán, qui était un de ses amis. Par exemple, dans la Virgen de los faroles apparaît l’ombre de Valle-Inclán, dans la figure de la religieuse. La nature morte est caractéristiques de cette période car, contrairement à la représentation normale de ce genre, ici elle est mélangée à des figures anthropomorphiques.

sala 6 la esencia de cordoba

Curiosités

Il a probablement été frappant pour quelqu’un que la première salle mentionne l’exposition de billets relatives à Julio Romero. En effet, en 1953, un billet de 100 pesetas a été émis, dédié à sa figure. Cet argent a été en circulation jusqu’en 1978 et de nombreuses copies ont été faites du dessin. Sur l’avers, il y avait un portrait du peintre et sur le côté opposé, le tableau de La Fuensanta, même le filigrane était lié à l’artiste car il s’agissait de la tête d’un de ses modèles. D’ailleurs, c’est le tableau qui a été reproduit dans les portefeuilles de tant de personnes qui a atteint un prix plus élevé aux enchères, atteignant 1,17 million d’euros. Pour ajouter d’autres surprises à l’histoire, en 2017, la toile est revenue à la célébrité lorsqu’elle a été trouvée dans le registre d’une villa de Marbella dont le propriétaire faisait l’objet d’une enquête pour corruption.

curiosidades sobre el museo julio romero

Heures d’ouverture, prix et comment se rendre au musée

Le musée est situé sur la Plaza del Potro. Ce n’est pas un endroit difficile d’accès car il se trouve juste à côté du Paseo de la Ribera, qui est la route parallèle au fleuve Guadalquivir à Cordoue. En bus, vous pouvez y accéder en prenant les lignes 3, 4, 7 et 16 (pour plus d’informations, voir ici). Le prix d’entrée est de 4,50 euros pour les adultes, de 2,5 euros pour les étudiants accrédités de moins de 25 ans et gratuit pour les mineurs, les plus de 65 ans, les retraités, les enseignants et les personnes handicapées. Il y a deux heures d’ouverture, une générale du 16 septembre au 15 juin et une d’été du 16 juin au 15 septembre. Le premier est ouvert du mardi au vendredi de 8h30 à 19h30, le samedi de 9h30 à 16h30 et le dimanche/vacances de 9h30 à 14h30. Pour la saison d’été, le nombre d’heures de visite est réduit et s’étend du mardi au samedi de 8h30 à 14h30 et les dimanches/vacances de 9h30 à 14h30. Le lundi est fermé.

ubicacion museo julio romero