logo

Le dôme de la Maqsura de la mosquée de Cordoue

La maqsura est l’un des espaces les plus importants d’une mosquée, et en même temps l’un des endroits les plus imposants de l’actuelle cathédrale de Cordoue, l’ancienne grande mosquée de la ville, l’un des bâtiments les plus spectaculaires du monde. Plusieurs historiens se sont demandés comment il se fait que cette enceinte ait été perdue après quelques décennies ; mais ce que nous avons pu faire, c’est connaître son emplacement.

Une maqsura est, avant tout, l’espace réservé au souverain. Le calife d’Al-Andalus, chef suprême politique, militaire et religieux, entrait dans la mosquée par une entrée privée.

Nous devons garder à l’esprit que le palais du calife, outre l’existence de la précieuse Medina Azahara, était situé à l’intérieur de la ville, dans le bâtiment voisin de la Grande Mosquée de la ville de Cordoue, qui a fait office de capitale pendant de nombreux siècles. Pour cette raison, un accès spécial a été permis aux dirigeants, tant à l’époque émirale (entre le VIIIe et le Xe siècle) qu’à l’époque califale, à la fin du Xe siècle jusqu’au début du XIe siècle.

Le grand pont créé entre le palais et le mur de la qibla (celle qui devrait être orientée vers la Mecque mais dans le cas de la Grande Mosquée de Cordoue ce n’est pas le cas) a reçu le nom de Sabat, et soutenu par trois arcs, il servait d’accès surélevé à l’étroit couloir qui menait au lieu le plus sacré : le Mihrab, la petite pièce depuis laquelle l’imam guidait le rite sacré.

Un plafond spectaculaire

Devant le Mihrab, un spectaculaire puits de lumière (une coupole à la décoration byzantine qui permet à la lumière de pénétrer à cette hauteur du bâtiment, cadeau de l’empereur de Byzance à Alhaken II) marque le début de la maqsura. Le calife, ses proches et sa famille se trouvaient dans cette enceinte à caractère non seulement politique mais aussi religieux.

Mais la grande question lorsque l’on visite la Mosquée-Cathédrale est d’essayer de localiser réellement cette partie du bâtiment.

Selon la théorie la plus répandue (et analysée), l’entrée se trouverait dans la nef principale, qui était la centrale jusqu’à l’extension exécutée par le général Almanzor entre 976 et 1002 ; ce serait donc la même nef qui mène au Mihrab, qui représente le chemin sacré, de sorte que les colonnes, dès le début, ont été traitées différemment, bien que leur fonction soit toujours de soutenir les arcades bicolores de l’édifice.

Un techo espectacular

Les toits et les dômes de la Maqsura

La troisième grande extension, celle de l’époque du calife Alhaken II, mentionnée plus haut, consistait à ajouter une grande lucarne à l’entrée de cette dernière section, devant le Mihrab, qui donnait accès, par des portes dorées dit-on, à l’espace du calife, protégé par des treillis (et bien sûr gardé pour éviter toute sorte d’attaque).

Sur les côtés, les colonnes ont été ornées de secondes colonnes entre les deux hauteurs d’arc, chacune recréée avec un chapiteau différent, rappelant l’époque de la première mosquée, dans laquelle on avait utilisé des matériaux pour transporter les matériaux de l’église wisigothique disparue de San Vicente et des bâtiments romains adjacents.

On peut même apprécier en certains points la représentation de la vigne, symbole sacré en Islam, lié à l’abondance et à la foi. En outre, il est dit que Noé (également présent dans les écritures sacrées de l’Islam, qui partage le livre ancien avec les chrétiens), aurait été l’un des premiers à le cultiver.

Autour de cette nef centrale, sur les hauteurs, des écrits en arabe relatifs au Coran, mais aussi fédérateurs de religions (comme le principal, dans lequel il est fait allusion au judaïsme, à Jésus pour les chrétiens et enfin au Prophète, comme une ligne d’évolution, faisant allusion à la protection qu’ils ont promise aux chrétiens sous leur domination).

La maqsura était le lieu le plus important de la mosquée (aujourd’hui cathédrale) de Cordoue, du moins dans le domaine cérémoniel, car comme nous l’avons déjà dit, le Mihrab est le lieu le plus important dans l’environnement le plus sacré (le mur de la qibla). Cependant, la mosquée a subi des modifications, mais elles sont intervenues bien avant la conquête chrétienne.

Les historiens ne peuvent situer la date exacte de la disparition de cette maqsura, cependant, il est fort probable qu’avec l’arrivée de la débâcle du califat sous la régence d’Almanzor, premier ministre de Hisham II (fils d’Alhaken II), la fitna (ou guerre musulmane) fit des ravages et laissa place à une série d’invasions lorsque les Almoravides et les Almohades attaquèrent la capitale, en prenant le contrôle de celle-ci.

Cela modifiera à jamais l’apparence de nombreux éléments, même à l’intérieur de l’espace sacré, car la maqsura a été érigée comme un symbole du pouvoir califal désormais inexistant. Et la manière d’écraser l’histoire est toujours la même : démolir les symboles, renommer les environnements et, si l’on a le choix, déterrer les morts.

La prochaine fois que vous visiterez la mosquée de Cordoue, prêtez une attention particulière à la nef centrale, entre les deux grandes lucarnes, car c’est l’endroit d’où ont été prises de nombreuses décisions qui influenceront plus tard l’histoire de Cordoue, du califat et, par conséquent, de ce que nous comprenons aujourd’hui comme l’Espagne et ses territoires environnants.

Las cubiertas y cúpulas de la Maqsura

Restaurations

La première restauration effectuée fut celle promue par l’évêque Pedro Antonio de Trevilla, en 1815, lorsque les retables de la chapelle de San Pedro furent enlevés. À partir de ce moment, nous avons d’autres actions comme celle menée par Ricardo Velázquez Bosco en 1912, qui lui a donné son aspect actuel. D’autres travaux devaient être effectués dans la zone allant des coupoles aux mosaïques sur les murs, mais la date est encore inconnue.

Velázquez Bosco a été chargé de réaliser une série d’interventions à l’intérieur du bâtiment, en essayant de récupérer les matériaux originaux de la mosquée-cathédrale. L’une des premières interventions qu’il a réalisées a été de récupérer l’espace intérieur, en remplaçant le pavement de briques par des dalles de marbre blanc, en commençant par la partie du bâtiment qui correspond à la maqsura.

Une autre intervention a été effectuée sur le toit, grâce aux interventions effectuées sur les toits des trois nefs adjacentes à la maqsura, où il a été possible de récupérer quelques planches et poutres du toit original. Grâce à la réutilisation d’éléments en bois pour l’élaboration du toit qui existait au XVIIIe siècle, il a été possible de le conserver très bien. Grâce au nombre de pièces que Velázquez a trouvées, comme une série de poutres, de planches et de contrefiches intactes, il a pu découvrir comment elles étaient placées à l’origine, ce qui a permis de reconstruire correctement le plafond à caissons.

On craignait qu’il y ait toujours un risque d’incendie du fait que les reconstructions étaient faites en bois, on a donc pris des mesures préventives contre ce danger possible, en recouvrant ces bois de briques et de plâtre, puis en ajoutant une couche de plâtre pur et de sable, afin que le tout ait beaucoup plus de consistance.

La maqsura représente l’un des moments artistiques les plus précieux du passé romantique de la ville de Cordoue que nous voulons récupérer. Grâce à ces interventions, si nous visitons la mosquée-cathédrale, nous pouvons voir comment la distorsion qui existait entre les voûtes à côté de la maqsura a été éliminée. J’ai voulu faire une intervention similaire, en commençant par démonter l’autel de la chapelle de la Cène qui se trouve sous la voûte la plus orientale des trois qui composent la maqsura, pour pouvoir récupérer presque entièrement la décoration en mosaïque caractéristique de la période d’al-Hakam II.

Restauraciones

Vous pouvez profiter de notre visite guidée de la mosquée-cathédrale, et des autres visites guidées que nous proposons :

Nos tours les plus populaires

Articles Connexes

Les activités pour les entreprises ou Team Building visent à promouvoir le travail en équipe et la cohésion par le biais d rsquo activités Cela aidera les

L rsquo année comporte de nombreuses fêtes à célébrer en famille dans la convivialité avec enthousiasme 8230 mais il y a quelque chose avec Noël qui peut

Le quartier du Sacromonte à Grenade représente l rsquo essence métisse du flamenco À travers ses rues qui disparaissent brusquement pour se terminer par une entaille des