Madinat al-Zahra

 

Histoire de Madinat al-Zahra 

Madinat al-Zahra est l’un des trois sites du patrimoine mondial de la ville de Cordoue. Cette ville palatine a été construite en 929 sous le règne d’Abd-al Rahman III. Il a été le dernier émir indépendant et le premier souverain du califat omeyyade de Cordoue, fondé par lui-même. Symboliquement, Madinat verra son destin lié à la splendeur et à la chute de ce nouveau gouvernement. Sa propre création est un exercice de démonstration de pouvoir et de luxe par Abd-al Rahman III. Une façon de démontrer à ses adversaires, le nouveau califat fatimide d’Ifriqiya, sa prépondérance. En plus de la rivalité politique qui existait entre les dynasties, il y avait une querelle religieuse. Les Fatimides étaient chiites tandis que les Omeyyades appartenaient à la branche islamique sunnite. En d’autres termes, al-Zahara devait représenter l’autorité du calife et aussi la supériorité morale de son courant idéologique. Il a donc été conçu pour surprendre les visiteurs. Ainsi, l’entrée de la ville consistait en une porte triomphale suivie de huit grands arcs, qui étaient sécurisés par toute une série de soldats et de fonctionnaires. Le minaret de la mosquée s’élevait également au-dessus des rues étroites et était visible de loin comme une grande tour. De la même manière, le palais finit par créer une sensation de flux continu de pièces et d’espaces de réunion qui augmentent progressivement en richesse. Comme il a été dit, le califat et la Médina seront étroitement liés, de sorte que le gouvernement d’Al-Hakam II, fils d’Abd-al Rahman III, n’apportera pas beaucoup de changements à la ville par rapport à son père. L’administration d’Al-Hakam II parviendra plutôt à maintenir et même à dépasser la gloire obtenue. Il faudra dire le contraire de son successeur Hicham II, qui a pris ses fonctions alors qu’il était enfant, de sorte qu’il faudra lui donner un régent, Al-Mansur. Ce célèbre personnage a transformé le calife en marionnette, permettant à Hicham II de s’isoler à Madinat al-Zahra sans faire beaucoup plus que profiter de ses richesses. Finalement, cette situation entraînera une série de luttes de pouvoir qui finiront par diviser le califat en petits royaumes de taïfas. Sans atteindre le centenaire, la Médina est tombée dans l’oubli après des pillages et des destructions répétés. Jusqu’aux premières fouilles, on pensait que Cordoue la Vielle se trouvait là, quelques vestiges de l’époque romaine.

Parties de Madinat al-Zahra

Il faut savoir d’avant que seulement le 10% du site total a été fouillé, ce qui signifie qu’il s’agit d’un complexe archéologique de dimensions énormes. C’est une ville qui a abrité une partie du pouvoir califal ; par conséquent, à part les grandes villes, elle possède de nombreux espaces de grand intérêt et de recommandation. Néanmoins, c’est un espace protégé dont la promenade est soumise à des restrictions. C’est pourquoi nous allons nous concentrer sur les parties fondamentales pour comprendre la composition de son tissu urbain. Il est intéressant de noter qu’à Madinat al-Zahra, si vous regardez, vous pouvez voir une partie de l’ancienne canalisation, ce qui est très curieux en raison de la réutilisation de l’ancien système romain à son profit. L’eau de la ville provient de l’aqueduc de Valdepuentes.

 

Les Terrasses

En raison de sa situation géographique, les ingénieurs ont été contraints de structurer le bâtiment à partir de trois terrasses superposées. Ceux-ci ont permis de sécuriser les terrains et d’organiser la ville en trois parties différenciées par des murs : la résidence califale, l’administration avec le quartier résidentiel des fonctionnaires et l’espace public avec les maisons plus modestes. Ainsi, la ville sépare la sphère privée de la sphère officielle ou de voisinage. Pourtant, on peut voir à quel point ces deux espaces de vie sont également similaires. Par exemple, la structure utilisée dans tous les espaces est similaire. La mosquée a également servi d’union et de liaison entre les terrasses du milieu et du bas. Il est évident que les différentes fonctions du bâtiment se reflètent dans sa décoration et son ostentation, de sorte que l’architecture la plus emblématique se retrouve dans ceux qui étaient consacrés à la politique et surtout à l’accueil des ambassadeurs. Evidemment, le palais était la partie la plus riche de la ville et se trouvait également dans la zone la plus élevée, ce qui permettait de contempler l’ensemble du territoire.

la terraza de medina azahara

La muraille

La muraille, comme d’habitude, entourait l’ensemble de l’enceinte en suivant le modèle des trois terrasses. L’entrée principale se faisait par la Porte Nord, qui était également celle qui reliait le Chemin des Noyers, l’une des trois routes qui menaient à Cordoue. C’est de là que provient l’essentiel des approvisionnements nécessaires à la ville, qu’il s’agisse de denrées alimentaires de base ou d’objets de commerce. Le fait d’avoir des entrées très marquées et contrôlées a facilité la sécurité dont la ville avait besoin. Malheureusement, comme pour d’autres sites, les pierres de taille déjà travaillées étaient un bon matériau pour les nouveaux bâtiments de la région. Ainsi, le vol systématique de pierres a provoqué une grave détérioration du mur. En fait, ce que nous voyons aujourd’hui est le résultat d’une reconstruction partielle au début du XXe siècle. Pour vérifier les différences, il est bon d’avoir accès à des photographies de l’enceinte au XIXe siècle.

la muralla de medina azahara

Le Salon riche

Sans aucun doute, le bâtiment qui ressort le plus est l’Alcazar, c’est-à-dire la résidence royale. Dans ses salles spectaculaires, la principale est le Salon Riche qui constitue l’axe central du palais. C’est là que devaient se dérouler les fêtes, les cérémonies et les réceptions les plus importantes. Des ambassades de presque tous les pays du monde sont passées par cette salle en provenance des royaumes chrétiens du nord, de l’empire byzantin et de différents gouvernements du Maghreb. Il s’agit d’un espace qui est aménagé selon un plan basilical à travers trois nefs couvertes d’arcs qui s’ouvrent sur un étang avec son jardin correspondant. Les murs qui entourent et composent cette pièce sont décorés de motifs végétaux qui, dans l’ensemble, semblent se répéter mais en réalité chacun est différent. Bien que la façade n’ait pas été conservée, elle a également été embellie avec des thèmes naturels puisque la pierre était destinée à perpétuer l’esthétique de la flore. Les arcs sont également peints en bicolore dans le style de la mosquée de Cordoue. Les plafonds, qui étaient recouverts de bois, avaient une ornementation de tendance cosmologique claire, puisqu’ils représentaient le firmament. Tout cela a été reconstitué à partir des restes trouvés, et ce que l’on peut voir est le résultat du travail de l’archéologue Felix Hernandez dans les années 1940.

el salon rico de medina azahara

Logement

Sur la terrasse supérieure, il n’y avait que trois résidences : la maison royale, la maison du successeur et la maison de Yafar. Au sommet se trouvait l’al-mulk, la demeure du pouvoir, c’est-à-dire là où vivait Abd-al Rahman III. Aujourd’hui, c’est l’une des zones les plus détériorées du site. Malgré cela, il est évident qu’il s’agissait d’un grand bâtiment, que l’on peut voir à travers les restes de la décoration et son emplacement qui dominait toute la vallée du Guadalquivir. Outre le calife, dans une zone un peu plus basse, le Premier ministre, Ya’far ibn Abd al-Rahman, y vivait également. Bien qu’il donne son nom à la maison, on ne sait pas s’il y a vraiment vécu. La maison est distribuée à partir de trois espaces : un public, un intime et un autre de service. À l’ouest de cette construction se trouve la maison de la piscine. On suppose qu’al-Hakam II y résidait, qui, en tant que successeur, était le seul des fils du calife à ne pas être à Cordoue. Dans le reste de l’Alcazar vivait le service ou était utilisé à l’accueil des personnes.

las viviendas de medina azahara

 

La mosquée aljama

Le temple est situé à l’est de la ville et, curieusement, à l’extérieur des murs. On pense qu’elle a été construite entre 941 et 945. Malheureusement, sa structure a subi une grave détérioration due au pillage constant des matériaux. Ce que l’on peut dire, c’est qu’elle correspond au modèle classique de mosquée, orientée vers la Mecque, avec un plan rectangulaire et divisée en trois espaces de base (cour, salle de prière et cour des ablutions). Ce dernier, appelé le sahn, est couvert de galeries à l’exception d’un de ses côtés qui mène à la salle de prière. Cet oratoire (haram) se compose de cinq nefs avec huit séries d’arcs outrepassés. Le calife de l’époque pouvait entrer dans le haram par un passage qui le reliait au Salon riche. À côté de la porte d’entrée se trouve le minaret, une tour attachée au bâtiment sacré d’où le muezzin pouvait appeler les fidèles pour savoir qu’il était temps de prier.

la mezquita aljama

Curiosités sur Madinat al-Zahra

Malgré le peu de temps où Madinat al-Zahra a été habitée, elle a laissé derrière elle une grande trace et beaucoup de mystère. Ce site archéologique est le plus étendu de toute l’Espagne et 90% de sa surface totale reste à étudier. Malgré cela, il existe de nombreuses théories et curiosités sur cet impressionnant complexe, nous vous en présentons quelques-unes :

  • L’origine de la ville. La légende la plus répandue autour de Madinat al-Zahra est sans aucun doute la raison de sa construction. L’hypothèse scientifique, comme nous l’avons déjà expliqué, suggère qu’Abd-al Rahman III a décidé de la créer pour symboliser son pouvoir de calife. Cependant, toute grande ville digne de ce nom doit avoir une origine mythique. Dans ce cas, il s’agit d’une prétendue histoire d’amour. Ainsi, le calife aurait un amant ou une concubine favori nommé al-Zahra à qui il aurait promis la ville la plus magnifique de tout son domaine. Ainsi, le nom de la ville viendrait du mot arabe flor en l’honneur de cette femme. Cependant, les historiens pensent que la traduction la plus appropriée serait brillante ou resplendissante. En fait, la candidature à l’UNESCO était fidèle à cette théorie sous le slogan « Madinat al-Zahra, ville du califat ». Tomber amoureux de la ville qui brille ».

curiosidades sobre medina azahara

  • Des sources qui provoquent des hallucinations. Les documents d’origine arabe tendent à décrire Madinat al-Zahra comme un lieu qui semble avoir été tiré d’un conte de fées, où la richesse se fondait avec l’ingéniosité. Ainsi, certaines sources mentionnent qu’à l’intérieur de la résidence royale, dans le Salon Riche, il y avait un étang rempli de mercure au lieu d’eau. La raison de ce curieux changement est une astuce préparée par le calife par laquelle il a provoqué des visions chez les ambassadeurs étrangers. Ainsi, lorsqu’un serviteur recevait l’ordre, il remuait le liquide pour que les murs aient l’impression d’être couverts de pierres précieuses qui brillaient au soleil avec le mouvement du roi des étoiles. Cette histoire n’a pas de preuves empiriques, mais on peut être sûr que les résidences des terrasses supérieures et moyennes avaient l’eau courante. Cela est dû au système de tuyaux qui a assuré l’arrivée du liquide 24 heures sur 24.

 

  • Des pierres précieuses comme matériaux de construction. Ces mêmes sources parlent également de pavillons et de toits couverts d’or et d’argent qui, combinés avec le verre, faisaient briller les pièces d’une lumière aveuglante. Cependant, les matériaux sont pour la plupart d’origine locale ou apportés du Portugal. En fait, le plus utilisé était un grès très similaire à celui utilisé dans la mosquée de Cordoue. On pense que les carrières sont celles que l’on peut encore voir dans la municipalité de Santa Ana de Albeida. Dans la résidence royale, on utilisait également du marbre blanc d’Estremoz et de l’albâtre, notamment pour les colonnes sculptées avec des décorations végétales et des inscriptions. En outre, dans les zones les plus richement décorées, on a utilisé une pierre calcaire de couleur violette qui permettait un fort contraste avec les murs en stuc et ceux peints à l’ocre rouge. Ceci, ainsi que les fontaines et les parterres de fleurs, a rendu les espaces suffisamment spectaculaires pour pouvoir se passer de ressources beaucoup plus coûteuses.

 

Horaires de visite de Madinat al-Zahra.

La visite commence au musée de Madinat al-Zahra, qui offre une interprétation, certains des objets les plus significatifs de la ville et des audiovisuels pour une meilleure compréhension de son passé. La visite dure environ une heure et depuis ce même bâtiment, vous pouvez prendre la navette pour vous rendre dans la zone archéologique. Il existe un horaire d’hiver, du 16 septembre au 31 mars, du mardi au samedi de 9h00 à 18h00 et le dimanche jusqu’à 15h00. Du 1er avril au 30 juin, les horaires hebdomadaires sont prolongés jusqu’à 21 heures. Toutefois, du 1er juillet au 15 septembre, les heures sont réduites au service du dimanche, c’est-à-dire de 9 h à 15 h. En plus de chaque lundi de l’année, le complexe est fermé le 1er et 6 janvier, le 1er mai et les 24, 25 et 31 décembre.

Comment se rendre à Madinat al-Zahra

Il y a un bus quotidien dès Cordoue au site archéologique. Le prix est de 8,5 euros pour les adultes, y compris le voyage de retour, bien qu’il y a quelques réductions pour les mineurs, les familles nombreuses, etc. Le voyage s’effectue du mardi au dimanche à 11 heures, le week-end le service est renforcé avec un à 10 heures. Ce voyage vous offre un temps de trois heures pour contempler les restes. Il est important que vous soyez attentif aux horaires car le bus est le seul moyen de rentrer et vous serez bloqué si vous ne le prenez pas au retour. Si l’idée est de se rendre en voiture, vous pouvez le faire par la Carretera de Palma del Río (A-431) jusqu’au panneau de Madinat al-Zahra. Toutefois, lorsque vous arrivez au centre d’accueil/musée, il est obligatoire de laisser votre véhicule garé sur le parking car seule la navette officielle peut se rendre sur le site. L’entrée est gratuite pour les résidents de l’UE.